fbpx

Guide du

Jeûne sec

Auteur : Sergey Filonov
(en anglais)

Guide du

Jeûne sec

Auteur : Sergey Filonov
(en anglais)

Conseils pratiques détaillés:
► comment se préparer
► comment jeûner
► comment sortir du jeûne

• pour les experts du jeûne déterminés à atteindre de nouveaux sommets • pour les débutants qui font leurs premiers pas.

Comparé au jeûne régulier avec de l’eau, le jeûne sec:
• est plus facile à supporter, il a moins d’effets secondaires
• réduit le temps de jeûne de trois fois (7-9 jours vs. 24-30 jours)
• nettoie et guérit le corps plus efficacement 

Basés sur 25 ans d’expérience de l’auteur dans le domaine de l’organisation et du suivi des groupes du jeûne
Traduction officielle de la langue russe Rédactrice : Vera Giovanna Bani Siberika books, 2019, 282 p.

Conseils pratiques détaillés:
► comment se préparer
► comment jeûner
► comment sortir du jeûne

• pour les experts du jeûne déterminés à atteindre de nouveaux sommets
• pour les débutants qui font leurs premiers pas.

Basés sur 25 ans d’expérience de l’auteur dans le domaine de l’organisation et du suivi (Anglais : supervising) des groupes du jeûne Traduction officielle de la langue russe Rédactrice : Vera Giovanna Bani Siberika books, 2019, 282 p.

Compared to conventional (wet) fasting:
• more effective bodily cleansing and revitalization
• easier to tolerate, fewer side effects
• fasting period is 3 times shorter (7-9 days vs. 24-30 days)

Histoire de l'idée du jeûne sec en Russie

Des études pionnières sur les propriétés curatives du jeûne sec ont débuté en URSS dans les années 80. À cette époque, des groupes de médecins travaillaient déjà dans le pays et appliquaient avec succès le jeûne humide dans leur pratique. C’étaient les étudiants du professeur Yuri Nikolaev, fondateur de l’école soviétique de jeûne thérapeutique. Yuri Nikolaev (1905-1998), médecin-psychiatre, a commencé à utiliser le jeûne comme méthode de traitement dans les années 50, alors qu’il travaillait dans un hôpital avec des patients souffrant de schizophrénie. Une fois, contrairement à la pratique établie, il n’a pas eu recours à l’alimentation forcée de patients qui refusaient de manger et il a constaté qu'un tel refus de nourriture affectait positivement la condition des patients. En 1960, Yuri Nikolaev a défendu sa thèse de doctorat sur les effets du jeûne humide sur les patients atteints de schizophrénie et a continué à développer ce sujet, en appliquant la méthode du jeûne au traitement d’autres maladies. Grâce à son enthousiasme et aux résultats positifs, il a réussi à intéresser de nombreux thérapeutes par cette nouvelle méthode médicale et à obtenir le soutien du ministère de la Santé de l’URSS.

La reconnaissance de jeûne humide comme méthode de traitement par un organisme aussi conservateur que le ministère de la Santé, a permis à cette méthode d’atteindre un nouveau niveau de développement. Dans plusieurs villes du pays, les hôpitaux ont ouvert des services de traitement par le jeûne. Depuis 1969, le ministère de la Santé a commencé à publier périodiquement des lignes directrices à l’intention des médecins sur l’utilisation du jeûne pour le traitement des maladies neuropsychiatriques, de l’hypertension, de l’asthme bronchique, de la polyarthrite rhumatoïde et des maladies digestives. Des médecins-chercheurs ont commencé à publier des articles scientifiques sur ces sujets, défendre des thèses de doctorat. Au total, de 1960 à 2010, plusieurs centaines d’articles scientifiques ont été publiés. Sur le thème du jeûne, 84 thèses ont été soutenues dans les domaines suivants:
pneumologie – 19
cardiologie – 19
neurologie et psychiatrie – 18
gastroentérologie – 10
physiologie et physiopathologie – 10
hématologie – 3
dermatologie – 2
endocrinologie – 1

Deux de ces thèses ont été consacrées au jeûne sec. La première d’entre elles est le travail de Valery Zakhirov (1990), dans lequel l’auteur a appliqué la méthode du jeûne pour traiter les patients souffrant d’asthme bronchique dans les cas  omplexes où cette maladie était combinée à d’autres pathologies des organes internes. Dr Zakhirov a comparé l’efficacité du traitement de ces patients avec la méthode médicamenteuse (225 personnes) à l’efficacité de leur traitement par le jeûne humide (120 personnes) et le jeûne sec combiné au jeûne humide (30 personnes). La durée du jeûne sec était de 3 jours. Sur la base des résultats de l’évaluation de l’état des patients avant et après le traitement, les conclusions suivantes ont été obtenues : le jeûne est plus efficace que le traitement médicamenteux traditionnel pour l’asthme bronchique, le jeûne sec de 3 jours est bien toléré par les patients et peut réduire la durée globale du traitement en utilisant une méthode combinée de jeûne sec et humide.

L’auteur d’une autre thèse sur le jeûne sec est Igor Khoroshilov (1994). Son travail a été commandé par l’un des départements militaires, qui s’intéressait à la question de la survie humaine en l’absence de nourriture et de boisson. Igor Khoroshilov a étudié l’état d’un groupe de volontaires qui ont jeûné à sec pendant 3 jours dans une chambre de pression, ce qui a permis de créer un environnement externe contrôlé. Avant et après le
jeûne, les membres du groupe se sont fait évaluer l’état des systèmes cardiovasculaire, digestif, urinaire, examiner l’état du métabolisme des protéines, des glucides, des lipides et de l’eau et des minéraux, se sont fait étudier les changements dans la régulation neurohumorale du corps. Sur la base de ces données, les chercheurs ont conclu qu’aucun des systèmes corporels ne souffre d’un jeûne sec de 3 jours.

Attention! La conclusion sur la sûreté du jeûne sec de 3 jours ne signifie pas que vous ne pouvez pas vous faire du mal par un tel jeûne. Dans une interview que le Dr Khoroshilov nous a gentiment accordée en 2019, il a noté que pendant le jeûne lui-même (sec et humide), il y a des cas extrêmement rares de graves problèmes de
anté, et ils peuvent survenir après, lors d’une sortie incorrecte du jeûne.

Le Dr Khoroshilov n’était pas satisfait de la conclusion selon laquelle le jeûne sec n’était pas nocif, il souhaitait savoir s’il était bénéfique. Une réponse affirmative à cette question dans le cadre du même travail a été reçue par ce médecin en milieu clinique, où il a fait pratiquer un jeûne sec de courte durée (de 1 à 3 jours) aux patients en période d’un jeûne humide. Les conclusions de sa thèse contiennent une liste de maladies pour lesquelles l’auteur recommande le jeûne combiné (sec puis humide).

Maintenant, on peut souvent entendre dire que par son efficacité, un jour de jeûne sec équivaut à trois jours de jeûne humide, mais personne ne cite la principale source de cette information. Nous sommes heureux d’annoncer que le premier à faire cette déclaration a été le Dr Khoroshilov en 1994. Les travaux de Zakhirov et de Khoroshilov ont servi de base scientifique qui a permis aux praticiens d’appliquer plus librement la méthode du jeûne à sec dans le travail avec les patients. L.A. Schennikov, V.P. Lavrova et S.I. Filonov ont grandement contribué au développement de cette méthode, et à partir des années 90, ils ont commencé indépendamment les uns des autres à expérimenter sur le jeûne sec, augmentant progressivement la durée du jeûne et élargissant la liste des indications des contre-indications.

À cette époque, le ministère de la Santé n’avait pas encore donné de recommandations aux médecins sur l’utilisation du jeûne sec. Les chercheurs ont donc mené leurs travaux avec des patients principalement d’une manière autonome, à leurs risques et périls, comme les naturopathes. Ce travail leur a permis d’obtenir une vaste expérience dans l’application du jeûne à sec et les méthodes développées pour sa mise en œuvre, chacune avec ses propres particularités, légèrement différentes l’une de l’autre. Les périodes de jeûne qu’ils ont pratiqué dépendaient de l’état du patient et allaient de 7 à 11 jours.

L.A. Shchennikov a été le premier de ce groupe de médecins, qui a reçu la reconnaissance officielle de sa méthode. En 1993, il a obtenu un brevet pour la «Méthode de rééducation corporelle», qui comprenait le jeûne sec pendant une période de 7 à 11 jours. Le but de la méthode est de «nettoyer le corps des produits du métabolisme incomplet, de restaurer le statut immunologique du corps, d’augmenter la résistance du corps aux influences extérieures, d’éliminer le traitement médicamenteux, de prévenir et d’éliminer les troubles du corps humain».

Avant d’accorder le brevet, la méthode de Shchennikov a été testée par la commission d’experts d’État sur un groupe de patients composé de 20 personnes. Ce groupe comprenait des personnes de 20 à 63 ans souffrant d’hypertension, d’ostéochondrose, de maladies cardiovasculaires, de cancer du poumon, d’asthme bronchique, de maladie rénale, d’indigestion, d’ulcère gastrique, de varices, de troubles métaboliques, de maladies ORL chroniques, d’affaiblissement et de réduction des processus immunoprotecteurs, de fibromes utérins. Les tests ont eu lieu sur une base d’un sanatorium. La commission était composée de six professeurs d’un des instituts médicaux d’État. L’expérience a duré 14 jours : 2 jours de préparation au jeûne, 9 jours de jeûne sec et 3 jours de sortie de jeûne. Elle a été accompagnée d’une évaluation clinique approfondie de l’état des patients, d’un suivi des paramètres biochimiques, immunologiques et physiologiques. Des changements au niveau du sang, de l’urine, de la pression artérielle, du poids corporel et d’autres paramètres ont été enregistrés.

Au terme de cette expérience, la commission d’experts a confirmé la présence d’effets positifs bien définis du jeûne sec sur l’état de santé de 18 patients sur 20. La Commission a recommandé l’utilisation de la méthode Shchennikov à des fins récréatives pour un large éventail de personnes. Enfin, en 2005, le ministère de la Santé russe a inclus la méthode du jeûne sec dans ses directives. L’utilisation de cette méthode, selon les recommandations du ministère, est limitée à 3 jours.

À propos de l'auteur

Il y a 60 ans, la Sibérie soviétique était un étonnant creuset culturel de l’ancien monde archaïque et des dernières technologies aspirant au leadership mondial. Cela était particulièrement vrai pour la médecine, qui offrait des normes de traitement avancées dans les grandes villes et était presque absente dans les villages lointains oubliés, où les vieux-croyants se soignaient eux-même avec des méthodes inouïes et sans précédent pour les résidents urbains. C’est souvent à une telle jonction des mondes et des époques que le talent naît et se manifeste, le talent, pour lequel l’atmosphère calme de l’existence paisible est destructrice. Le monde de la médecine était tout aussi mystérieux, il promettait le plaisir des nouvelles découvertes à un jeune étudiant de l’Institut médical de l’Altaï, Sergei Filonov. Un contact étroit avec sa terre, avec les traditions des peuples sibériens, avec les pratiques de guérison des vieux-croyants lui a offert un sentiment intuitif que l’homme lui-même est une pharmacie naturelle, qu’il a tout le nécessaire pour le soigner de toutes les maladies, il suffit de faire fonctionner grâce au travail, à la patience et à la volonté ces médicaments naturels au profit du corps humain.

Sergej-Filonov-Dry-Fasting-Dryfasting.info_.jpg
Sergey Filonov

Maintenant, avec le recul, il semble que l’idée du jeûne à sec de Sergey Filonov soit née suite à toute une série de rencontres aléatoires, avec les patients guéris par le jeûne, et avec les spécialistes éminents de la science médicale à l’époque, adeptes de cette méthode de traitement, qui ont beaucoup fait pour qu’elle se fasse acceptée par la médecine officielle. Le travail à la station balnéaire de Goryachinsk, située sur les rives du lac Baïkal, où Sergei et ses collègues ont ouvert un service de jeûne thérapeutique en 1990, y a aussi joué son role. Au cours de ces années, malgré le manque de l’ouverture inhérent à toutes les grandes structures, la médecine soviétique a parfois réagi de manière très sensible aux nouvelles tendances. Par conséquent, les médecins – adeptes de jeûne – ont pu ouvrir de tels services dans les institutions médicales publiques à travers le pays.

Le jeûne a donné de bons résultats. Il a permis de soigner l’asthme, l’hypertension, l’arthrite et en plus le jeûne a été utilisé avec succès pour traiter la schizophrénie. Mais Sergey n’était pas satisfait : parfois la maladie du patient ne reculait que pendant un certain temps, et après le jeûne, certains des symptômes revenaient. Comment l’effet thérapeutique du jeûne humide pourrait-il être amélioré?

L’observation de la vie des habitants de la forêt l’a aidé à résoudre ce problème. Il a vu que les animaux sauvages refusent souvent pendant longtemps la nourriture, et non involontairement, mais de leur plein gré. Ils ne mangent pas pendant la maladie, pendant l’hibernation. Ainsi ils jeûnent sans eau. Prenez par exemple, un ours qui passe plusieurs mois en hibernation, sans manger ni boire, pourtant, il ne se réveille pas affaibli, au contraire il est plein de force et en bonne santé.

Sergey a décidé de jeûner sans eau pour la première fois, lors qu’il était tombé dans l’eau glacée pendant la pêche d’hiver et il avait eu une sinusite frontale aiguë (inflammation du sinus frontal). Cette première expérience d’un long jeûne sec a duré cinq jours. Le jeûne humide n’était pas une nouveauté pour Sergey, il jeûnait lui-même et il soignait les patients atteints de sinusite et de sinusite frontale à l’aide d’un jeûne humide, mais le résultat médical ne venait qu’après le dixième jour. Cette fois, il a décidé d’essayer le jeûne sec lui-même. Les maux de tête infernaux accompagnant la frontite ont disparu le cinquième jour. Ce qui a le plus frappé Sergey, c’est le peu de temps pendant lequel l’effet thérapeutique a été obtenu.

Il lui était psychologiquement difficile de proposer aux patients le jeûne sec. Pendant ses années d’études, Sergei a appris à la faculté de Médecine que l’homme ne peut survivre que 3 à 5 jours sans eau, après il va mourir… Son premier patient, T., qui a pratiqué le jeûne sec, souffrait d’une prostatite chronique. T. a d’abord essayé le jeûne humide, il a jeûné 14 jours. Pendant le jeûne, la maladie a semblé reculer, mais elle est revenue après.

Sergey a raisonné comme suit : en principe, la prostatite est un processus infectieux, toute infection aime se multiplier dans l’eau et tout processus d’infection provoquera un gonflement. Il n’y aura pas d’eau – il n’y aura pas d’œdème. T. était très motivé, et il a adhéré aux arguments et à la visions sur le jeûne sec. Il a fait cinq jours de jeûne sec, puis cinq jours de jeûne humide. Un tel jeûne a eu un effet beaucoup plus important qu’un jeûne humide de 14 jours. Un an après, T. est revenu au centre, il a dit de ne plus pratiquer de jeûne humide, d’avoir aimé les effets du jeûne sec et de ne pas avoir eu d’aggravation cette année. Cette fois, il a fait sept jours de jeûne sec. Par la suite, T. a souvent téléphoné pour dire qu’il était très satisfait du résultat.

Après cela, à la station balnéaire de Goryachinsk, Sergey et ses collègues ont commencé à essayer progressivement le jeûne sec de 3 à 5 jours sur les patients. L’un d’eux a même duré 7 jours et l’effet a été merveilleux. Mais, bien sûr, Sergey était toujours inquiet de proposer le jeûne sec de sept jours aux patients.

Sa rencontre avec l’un des fondateurs de l’école russe de jeûne sec, Leonid Schennikov, qui a eu lieu en 1994 lors d’une conférence sur le jeûne thérapeutique en République de Bouriatie, l’a incité à augmenter la durée de jeûne. Il s’agissait d’une personne unique, d’un guérisseur traditionnel avec une vaste expérience dans la pratique du jeûne sec, dont les patients ont jeûné pendant 11 jours. La rencontre avec Shchennikov et les discussions avec ses patients ont inspiré Sergey. Après son retour en Altaï, il a pratiqué lui-même un jeûne sec de dix jours, mais il n’est pas resté alité, mais parti en randonnée à cheval. Ces jours-ci, il a finalement réalisé que le jeûne sec sérieux ne peut se pratiquer qu’en pleine nature, de préférence dans les montagnes et près des rivières. Les villes et les hôpitaux y sont peu adaptés.

«Ensuite, j’ai décidé d’essayer de longues périodes de jeûne sur les patients. Mon premier patient, qui a subi un jeûne de 9 jours, souffrait de polyarthrite rhumatoïde. Le résultat du jeûne était excellent. Par la suite, par essais et erreurs, j’ai réalisé que l’effet thérapeutique maximal du JS se produisait juste le 9ème jour. Dans les livres, je parle de la période de 10-11 jours, mais la pratique a prouvé que le pic est atteint le 9ème jour. Néanmoins, je convainc mes patients de poursuivre le jeûne de 10 à 11 jours, car il arrive que le 9ème jour une crise se déclenche, et elle peut durer un jour ou deux. Pendant cette crise, l’effet thérapeutique est maximal, vous ne pouvez pas sortir du jeûne, jusqu’à ce que vous passiez cette crise».

Sergey Filonov partage son expérience unique acquise en 25 ans de travail avec les patients dans ses livres. Ils ne sont pas écrits pour des spécialistes, mais pour tous les amateurs de jeûne qui voudront peut-être essayer sa méthode. Ils doivent se souvenir : le jeûne sec est un outil puissant qui peut être dangereux entre des mains incompétentes. Par conséquent, si vous décidez de l’utiliser, lisez attentivement les livres jusqu’au bout et n’oubliez pas de consulter votre thérapeute.

À propos de l'éditrice et de la compilatrice

Vera-Bani-SIberika.jpg
Vera Bani

Vera Giovanna Bani est née en 1964 dans la ville de Trévise au nord de l’Italie et, après avoir obtenu un diplôme universitaire en langue et littérature russes, elle s’est installée à Moscou, reliant sa vie à la culture russe pendant de nombreuses années. La chose qui l’a passionnée immédiatement après son arrivée c’est la traduction en italien des livres des écrivains russes qui l’ont emportée, même si l’auteur était peu connu en Russie voir même oublié par ses compatriotes. Ayant trouvé un tel livre, Vera se mettait à la recherche d’éditeurs en Italie, ce qui a parfois pris plus de temps que la traduction elle-même.

Parmi les livres que Vera a fait découvrir aux lecteurs italiens sont onze livres de l’écrivain russe Vadim Zeland sur Transerfing, une doctrine philosophique des réalités parallèles que n’importe qui peut appliquer dans sa vie. Cet enseignement a capturé Vera et elle a réussi à trouver un éditeur. Grâce à ses traductions brillantes, l’idée de Transerfing est devenue populaire dans toute l’Italie : cet enseignement a rapidement eu ses fans, ses cours et même ses imitateurs. Une histoire similaire s’est produite avec le livre de N. Fomenko et G. Nosovsky « 400 anni di inganni » sur les secrets que cache la chronologie moderne. L’enthousiasme da la traductrice pour le sujet a été transmis à la traduction elle-même et, dans de tels cas, le résultat du travail porte nécessairement une empreinte noble de sa personnalité.

L’Union soviétique et la Russie cachent encore des couches entières d’écrivains et de penseurs intéressants que les lecteurs occidentaux ne connaissent pas. Peu de ces auteurs parviennent à sortir de l’obscurité – les grands éditeurs n’aiment pas prendre de risques et travailler avec les auteurs inconnus. Le projet Siberika – une petite maison d’édition indépendante fondée par Vera et son entourage – est né afin de leur donner une chance.

Le Dr Sergey Filonov est le premier auteur, dont les livres ont été traduits en italien par cette maison d’édition. Ce médecin, riche d’une expérience unique dans le domaine du jeûne sec organisé pour un groupe de patients, a écrit deux livres sur ce sujet en 2008 et 2015. Ils ont été publiés par une petite maison d’édition en Sibérie mais ils sont restés presque inconnus du grand public russe: à cette époque, le pays était engagé dans la construction de relations de marché, l’intérêt pour l’économie était à la hausse et celui au mode de vie sain diminuait.

Vera a fait confiance à Sergey Filonov, à la valeur de ses livres, et elle a entamé un travail laborieux pour composer de deux œuvres un seul, corriger les défauts du texte, vérifier les faits et le traduire en italien. Le résultat de ce travail est la monographie de 680 pages «Digiuno secco. Gli ultimi sviluppi della digiunoterapia in Russia», publiée en 2017. Après, l’appréciation des lecteurs italiens a été un vrai plaisir: ils ont écrit des lettres pour remercier, ils sont partis jeûner chez Sergey dans l’Altaï, ils ont participé à des pratiques collectives de jeûne sec que Sergey a commencé à organiser non seulement en Altaï, mais aussi en Europe depuis 2019. Au début, ces pratiques ont suscité l’intérêt des amateurs de jeûne d’Italie, puis des patients d’autres pays ont commencé à les rejoindre progressivement.

En réponse à la vague d’intérêt qui a suivi la publication de la monographie, un nouveau livre sur le jeûne sec a été compilé dans le cadre du projet Siberika, décrivant les principales idées de cette méthode sous forme de questions et réponses. Fin 2019, il est sorti en anglais sous le nom : Sergey Filonov, 20 Questions et réponses sur le jeûne sec.

La présentation sous forme de questions-réponses a permis de simplifier la perception du matériel par le lecteur, sans manquer un seul aspect important. Le nouveau livre comprenait tout le matériel important sur ce sujet, réduit en un volume de 282 pages. Le but de ce livre est de donner aux personnes intéressées toutes les connaissances pratiques nécessaires pour effectuer leur propre jeûne sec. Il contient des instructions détaillées pour la préparation, la conduite et la sortie du jeûne, expliquant en détail les différents schémas utilisés.

Le projet Siberica remercie deux traducteurs remarquables, Jan Solominsky et Francesca Morgante, qui ont rendu possible la publication de ce livre.

Postface à la première pratique collective du jeûne sec en Europe occidentale dirigée par le Dr Filonov
(Resort Bioenergy, Salinera Strunjan, Slovénie, 29 juin 2019 – 13 juillet 2019)

Sergej-Filonov-Vera-Bani-Dryfasting.info-1.jpg
Vera Bani and Sergey Filonov

Le 13 juillet, la pratique du jeûne à sec de 14 jours s’est terminée à Strunjan (Slovénie, près de la frontière avec l’Italie), ce qui a changé à bien des égards la vie de ses participants.

Au cours de la première semaine, il a fait chaud, ce temps est défavorable au jeûne sec, cela nous a beaucoup gênés, en tant qu’organisateurs. Mais, semble-t-il, nous étions seuls à ne pas être prêts pour le soleil brûlant, tandis que les amoureux du jeûne d’Italie, de France et de Suisse, qui constituaient la majorité de notre groupe, se sentaient bien. Les jours suivants ont été plus agréables, avec un temps modéré et venteux, ce qui a rendu la sortie du jeûne et la reprise de repas confortables.

Le Dr Filonov, qui pratique habituellement dans les conditions beaucoup plus fraîches des montagnes de l’Altaï, a exprimé à plusieurs reprises son admiration pour la résistance des membres de notre groupe. Il a déclaré que les patients russes pratiquant le jeûne n’auraient guère pu s’abstenir de manger et de boire pendant 9 jours dans une telle chaleur, et en général, il a été agréablement surpris par la persévérance, la détermination et la curiosité de tous les participants.

La station balnéaire de Saliner, avec son grand parc, sa zone d’appartements et son hôtel, a presque entièrement satisfait nos besoins. Je dis « presque complètement » parce que la zone d’appartements était située sur une colline surplombant le parc, et monter les escaliers plusieurs fois par jour vers les appartements où des massages ont été effectués, ou vers la maison après une promenade ou un repos dans le jardin était assez fatigant pour les pratiquants, surtout les jours les plus stressants. C’était peut-être le plus gros inconvénient qui pourrait être évité à l’avenir en choisissant les chambres facilement accessibles depuis la plage et le parc.

La méthode de purification, de restauration des fonctions et de traitement du corps, proposée par le Dr Filonov, combine le jeûne sec avec des procédures quotidiennes qui accélèrent la purification du corps. La plus importante de ces procédures est le massage des points de déclenchement et le massage au miel de l’abdomen, du dos, des bras, des jambes, du cou, de la tête et de la cavité buccale. Malgré le fait qu’un tel massage ne soit pas du tout relaxant, tout le monde était satisfait et personne ne s’est jamais plaint des manipulations parfois douloureuses et musclées, effectuées par les mains expérimentées d’Andrei, le neveu de Sergei Filonov, le médecin lui-même et ses filles Nastya et Olga. De 9 h 00 à 19 h 30, l’ambiance dans les salles de massage a toujours été celle de travail : pas de musique relaxante, pas d’arôme ni d’odeur d’encens, seulement une communication constante en quatre langues (russe, italien, français et anglais), nécessaire pour donner des instructions et des explications aux patients, ainsi que les inévitables odeurs de toxines circulantes sortant du corps. Pas trop sympa, mais très efficace. Grâce à cette approche holistique, beaucoup ont été témoins de petits miracles qui se sont déjà produits en peu de temps : quelqu’un après 7 jours de jeûne a découvert la disparition d’un lipome, qu’il avait auparavant sous l’aisselle, quelqu’un a remarqué comment la hernie inguinale s’est dissoute, quelqu’un a commencé à marcher normalement après plusieurs mois de mobilité très réduite, et il a pu faire un aller-retour à pied sur la route Portoroz – Strunyan (14 km). Quelqu’un a considérablement réduit les acouphènes, d’autres ont diminué le gonflement de la cavité abdominale et l’inconfort du tractus gastro-intestinal… Tout cela était de petites améliorations rapides, la réaction du corps au jeûne. L’effet maximal, selon le médecin, sera perceptible trois semaines après la fin de la pratique.

Les pratiquants ont également accueilli d’une manière enthousiaste d’autres procédures – la douche glacée et l’hirudothérapie. Même les plus lésés se sont immédiatement liés d’amitié avec les sangsues – de petites créatures qui ont servi l’homme pendant des centaines d’années et que la médecine a presque oubliées au cours des dernières décennies. Après les procédures, presque tous nos patients ont décidé de ramener leurs sangsues à la maison, ce qui nous a fait beaucoup de plaisir. Nous avons nous-mêmes libéré le reste dans l’un des canaux de la ville de Trévise, en leur souhaitant une longue vie et en les remerciant de leur aide.

Nous avons fait de notre mieux pour que cette première pratique du jeûne sec en Europe selon la méthode du Dr Filonov soit inoubliable, et j’espère que nous avons réussi. Dans les coulisses, il y a eu beaucoup de situations stressantes, ce qui a provoqué une crise hypertensive, qui m’a beaucoup perturbée ces derniers jours (j’ai dû manquer quelques réunions du soir), mais dans l’ensemble je dirais que tout le monde était satisfait de notre pratique.

Je remercie cordialement : – le personnel du complexe Saliner, qui dans certains cas a dû même nous supporter 🙂 ; – ma collègue et mon ange gardienne Elena Kuzmich, qui a partagé avec moi toute la charge de travail et sans laquelle je ne pourrais jamais terminer la pratique ; – Eric, Maria Theresa, Angelica, Fabrizio, Italo et Paolo, qui ont mis leurs voitures, leurs outils et leur temps à notre disposition ; – tous les participants pour l’engagement et la capacité de collaborer dont ils ont fait preuve – et, bien sûr, l’excellente équipe du Dr Filonov, qui a su charmer et gagner le respect de tout notre groupe et de tous ceux qui nous ont rejoints plus tard.

– my colleague and guardian angel Elena Kuzmich , who shared the entire workload with me and without whom I would never be able to complete the practice;

– Eric, Maria Theresa, Angelica, Fabrizio , Italo and Paolo, who put their cars, tools and their time at our disposal;

– all the participants for the commitment and ability to collaborate that they demonstrated

– and, of course, the excellent team of Dr. Filonov , who managed to charm and gain the respect of our entire group and those who joined us later.

Nous espérons pouvoir répéter cette aventure l’année prochaine.
Je souhaite à tous un bon été,
Vera Giovanni Bani
Le 20 juillet 2019

Dry-fasting-practice
Group foto
Close Menu
×

Cart